Comprendre les tarifs d’un.e graphiste : explications

Voici un article pour t’aider à comprendre les tarifs d’un.e graphiste. Lorsque j’explique à mon entourage ou aux personnes avec qui je travaille la valeur du travail d’un.e graphiste, ou bien le temps passé sur un projet d’identité visuelle par exemple, la réponse que j’entends est très souvent la même : « Je n’imaginais pas que le travail d’un.e graphiste représentait tout ça !« .
J’ai donc décidé de t’écrire cet article pour te permettre de comprendre les tarifs d’un(e) graphiste, souvent jugés (à tort) comme étant trop onéreux. On analyse ensemble tout ce qui influencent ces tarifs et comment sont décidés les prix que l’on applique… Je te parlerai aussi de toute la valeur du beau travail de graphiste. C’est parti !

1. Le travail préparatoire avant la création : comprendre les tarifs d’un.e graphiste

Le recueil d’informations et le brief

Tout d’abord, avant de démarrer un projet graphique, un.e graphiste recueille énormément d’informations sur ton activité, les fondements et fondations de celle-ci, tes goûts et attentes graphiques, le profil des personnes que tu cibles… Tout ceci est bien sûr analysé par la ou le graphiste : iel en prend longuement connaissance, et échange longuement avec son client pour préciser et clarifier certains points.

Suite à cela, un brief est établi : il s’agit du document regroupant toutes les informations importantes (ton activité, ta cible, ton message, tes valeurs, tes goûts graphiques, tes demandes particulières…) concernant la future création graphique de ton projet. Tout ce travail d’établissement de brief, de questionnement et d’analyse joue un rôle dans les tarifs d’un.e graphiste. Il s’agit d’une étape in-dis-pen-sable si tu souhaites que ta ou ton graphiste :

  1. Comprenne ton projet, tes goûts et les enjeux de ton activité
  2. Réalise pour toi un projet graphique aligné à ton activité, qui soit cohérent, harmonieux et en congruence avec tes attentes

Les recherches

Une fois cette première étape franchie, la ou la graphiste peut commencer son travail de recherche. Il s’agit bien sûr de recherches d’éléments graphiques (polices d’écriture, couleurs, icônes, illustrations, photographies, etc.) mais également de recherches auxquelles l’on pense généralement moins… Par exemple, la veille, qui permet de prendre connaissance des entreprises exerçant dans le même domaine d’activité que toi – cela permet notamment d’éviter de créer une identité visuelle trop proche de ce qui existe déjà… Et donc, de te permettre de te différencier des personnes exerçant dans le même secteur que toi.

Ces recherches peuvent aussi concerner la recherche d’inspirations, de symboliques pour le logo et les couleurs, les recherches d’association de polices d’écriture, la vérification de l’accessibilité visuelle de tes polices d’écriture et couleurs, etc. En soit, le travail de recherche d’un.e graphiste est très étendu et permet de mieux comprendre les tarifs d’un.e graphiste. 

Les expérimentations et essais

Avant de te faire ses premières propositions, la ou le graphiste expérimente, teste, tâtonne. À l’aide de croquis, ou d’expérimentations sur son logiciel, iel essaie différentes dispositions, tailles, couleurs et associations pour les éléments de ton projet. Ce temps d’expérimentation, bien que méconnu, est inévitable dans la conception d’un projet graphique, et ce à chaque étape de la création. Par exemple, dans le cas d’un projet d’identité visuelle, de nombreux essais sont réalisés concernant les associations de couleurs. De même pour les polices d’écriture, le logo, l’univers photographique…

Concernant le logo, celui-ci fait l’objet de tests concernant la taille des éléments, leur disposition, le choix des couleurs. Bref, tu l’auras compris : un.e graphiste ne te propose jamais un « premier jet ». La première proposition qu’il te fera aura toujours nécessité beaucoup de temps et d’expérimentation, temps que tu ne vois pas mais qui est bel est bien là à chaque étape. Ce travail préparatoire aide donc en partie à comprendre les tarifs d’un.e graphiste… Mais ça ne s’arrête pas là !

2. Le temps passé sur ton projet graphique : comprendre les tarifs d’un.e graphiste

La rédaction du devis et des factures

Beaucoup de graphistes appliquent un tarif soit horaire, soit journalier. Dans certains cas, quand la ou le graphiste propose des « packs » (c’est mon cas pour mes services d’identité visuelle), ce tarif horaire est pris en compte dans les prix. Cela commence dès la rédaction du devis et des factures : cela nécessite du temps d’une part de les rédiger, et d’autre part de vérifier que toutes les informations sont correctes.

Les échanges

Les échanges sont compris dans les tarifs d’un.e graphiste. En effet, le temps passé à échanger avec vous est du temps qu’un.e graphiste octroie à ton projet, pour t’apporter de la valeur, son expertise et pour créer le projet graphique idéal pour vous. Que ce soit au travers de mails, de visio ou d’appels téléphoniques, ces temps d’échanges demandent du temps à un.e graphiste, et cela implique bien sûr que ce temps d’échanges avec vous peuvent faire partie des tarifs ! 

Les allers-retours

Les allers-retours (ou « phases de corrections », « phases de modifications », etc.) représentent le moment où la ou le graphiste te soumet une proposition que tu valides, et où tu lui demandes un certain nombres de modifications. Iel les applique donc, et revient vers toi avec la proposition modifiée. Je dirais que 99,9% des graphistes appliquent un nombre d’allers-retours limité quand il s’agit de prestations d’identité visuelle ou de supports de communication. Ces allers-retours, en fonction de leur nombre, ont un impact sur les tarifs d’un.e graphiste.

La création

C’est bien sûr évident, mais un.e graphiste passe du temps, beaucoup de temps à créer ! Créer, cela comprend tous les éléments du point n°1 de cet article concernant le travail préparatoire. Mais cela comprend également la création pure de ton projet. Ce temps fluctue en fonction du projet, de sa complexité et des éléments qu’il comprend, et influe donc sur les tarifs d’un.e graphiste.

Les vérifications, le peaufinage et l’exportation

La phase de vérification, de peaufinage et d’exportation arrive en terme de mission. Il s’agit du moment où un.e graphiste vérifie que tous les éléments sont prêts et ne comportent pas d’erreur. Le peaufinage consiste à vérifier et modifier les derniers détails de tous les éléments : alignements, tailles, couleurs, correction de la charte graphique, etc. Enfin, l’exportation est l’étape où la ou le graphiste exporte tous les éléments de ton projet, les renomme et les classe tout proprement afin que tu puisses les utiliser dans la foulée. Toute cette étape est très chronophage et est comprise dans les tarifs d’un.e graphiste. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’exporter un logo, sache que toutes les déclinaisons créées et tous les formats constituent au minimum une centaine de fichiers à nommer et classer. Idem lorsqu’il s’agit de créer la charte graphique (document reprenant toutes les règles d’utilisation de ton identité visuelle) : cela étant très long puisque sur-mesure, ce temps-là est compris également et permet de continuer à comprendre les tarifs d’un.e graphiste.

3. La valeur du travail d’un.e graphiste : comprendre les tarifs d’un.e graphiste

Les conseils

Être un.e super graphiste, c’est avant tout conseiller son client ! Un.e graphiste te guide, te conseille, afin de réaliser pour toi un projet au top du top. Ces conseils font partie de son expertise et ne sont pas « gratuits » : ils font partie du prix que tu as investi pour ton projet. Les tarifs d’un.e graphiste comprennent donc toujours une grande partie de conseils et d’accompagnement, ayant pour but d’aboutir au projet le plus aligné à tes attentes, tes besoins, le profil de ta cible, tes valeurs et ton activité.

Le sur-mesure

Cela semble évident, et pourtant il s’agit là d’une des grandes forces d’un.e graphiste… Un.e graphiste proposant un travail de qualité réalise un projet sur-mesure, à ton image, aligné à tes valeurs, à ton entreprise, à ta cible mais aussi ta personne. Iiel réalise un énorme travail de réflexion et d’exécution pour te proposer une expérience sur-mesure. Le sur-mesure a donc évidemment un prix. Se démarquer, exprimer sa valeur ajoutée, cela implique également d’investir dans son entreprise. Comprendre les tarifs d’un.e graphiste passe également par la prise en compte de cette notion de sur-mesure.

Les compétences et l’expérience d’un.e graphiste

Qu’iel ait fait des études ou non, un.e graphiste a à son actif un grand nombre de compétences. Ces compétences varient d’un.e graphiste à un.e autre. Elles découlent d’années d’expérience, probablement d’années d’études, d’investissements financiers pour se former continuellement et de passion sincère pour son métier. Lorsque tu payes un.e graphiste, tu payes également pour ses compétences, compétences qui s’acquièrent avec l’expérience et l’expertise (et beaucoup d’investissement, qu’il soit personnel ou financier).

Ces compétences ne sont pas en possession de tout un chacun, sinon le métier de graphiste n’existerait pas et absolument tout le monde aurait des compétences et connaissances graphiques… Et si l’on y réfléchit, c’est le cas pour tous les métiers ! Cela implique également que seul.e un.e graphiste pourra réaliser pour toi un projet graphique congruent, singulier, plein de sens et efficace. Il est bien sûr possible de commencer à créer son identité visuelle soi-même, voire ses supports de communication. Mais être accompagné.e par un.e graphiste est une expérience toute autre et il est largement préférable de finir par investir chez un.e pro dont c’est le métier !

Bien entendu, l’expérience de la ou du graphiste choisi.e pèse aussi dans la balance : les tarifs appliqués ne seront pas les mêmes pour un.e graphiste junior exerçant depuis un an, que pour un.e graphiste senior ayant quinze ans d’expérience dans le domaine.

La valeur ajoutée d’un.e graphiste expérimenté.e

Et oui, cela découle de tout ce que nous avons vu précédemment ! Un.e graphiste expérimenté.e t’apporte de la valeur, une valeur ajoutée unique, qui te démarque dans ton secteur d’activité. Cette valeur te permet d’être visuellement en congruence avec ton entreprise, de véhiculer un message à travers ton projet, de parfaire l’unicité de ton entreprise en la rendant mémorisable et remarquable. Outre la valeur que le travail d’un.e graphiste t’apporte, chaque graphiste possède sa propre « valeur ajoutée ».

Par exemple, plusieurs graphistes sont spécialisés dans un domaine bien précis (écologie, cuisine, bien-être, etc.), dans une branche (identité visuelle, webdesign, illustrations…) ou proposent leurs services à une certaine cible. Dans mon cas, je suis spécialiste en identité visuelle (et connais donc cette spécialité sur le bout des doigts) pour les entreprises et associations engagées au service des animaux, de la nature et de l’humain. Ces spécialisations signifient qu’un.e graphiste connaît tes problématiques et ton secteur, et peut t’apporter expertise et conseils. Cette expertise te permet aussi de comprendre les tarifs d’un.e graphiste ! En étant spécialisé.e, iel te propose le meilleur pour ton projet.

La cession des droits d’auteur

Le contrat de cession des droits d’auteur consiste à définir les droits d’exploitation cédés au client. En quelque sorte, cette cession des droits établit que ta création graphique est désormais ta propriété et non plus celle de ta ou ton graphiste. Elle précise les points suivants : l’étendue des droits, la destination (l’usage qui sera fait du projet), le lieu (pays, région…) et la durée. Le coût de cette cession des droits est calculé en fonction de la taille de ton entreprise, de sa notoriété, de la nature des droits cédés, du projet graphique réalisé.  

4. Les frais et investissements d’un.e graphiste : comprendre les tarifs d’un.e graphiste

Les logiciels et outils

Un.e graphiste doit investir dans énormément d’outils et logiciels afin de proposer un accompagnement, mais aussi des créations de qualité. Par exemple, voici quelques investissements que l’on retrouve chez énormément de graphistes (c’est en tout cas mon cas) :
• La suite Adobe (qui comporte plein de logiciels destinés aux créations graphiques) à 73 euros par mois
• Un outil comme Canva afin de te proposer des modèles facilement utilisables
• Un outil comme Notion pour gérer son entreprise au quotidien
• Le logiciel de facturation et de comptabilité
• La plate-forme de gestion de projets sur laquelle tu échanges avec elle ou lui
• Les abonnements à des banques d’images
• Les achats de ressources graphiques
• L’hébergement de son site web
• L’abonnement à Internet (avec la fibre idéalement !)
• L’abonnement téléphonique
• La responsabilité civile professionnelle
• La mutuelle
• Le service de médiation…

Un.e graphiste est un.e pro qui a besoin, comme pour tout métier, d’une quantité d’outils payants pour avoir une activité viable et t’offrir un accompagnement de qualité !

Le matériel informatique

 Mais ça ne s’arrête pas là : un.e graphiste se doit d’avoir du matériel informatique de qualité. Et forcément, c’est, il faut l’avouer, un sacré coût :
• Une tablette graphique (le must)
• Un super écran au top
• Une sonde de calibrage de l’écran (pour que les bonnes couleurs s’affichent à l’écran)
• Un matériel informatique au top (16Go de RAM recommandés, un processeur au top, un SSD c’est mieux, bref – je te passe les détails :))
• Plein de disques durs pour enregistrer tous les projets des clients
• Dans le cas d’illustrations, une imprimante de grande qualité (sans oublier les frais d’envois) voire un iPad avec Procreate

Ce matériel informatique se doit d’être irréprochable et nécessite souvent d’être actualisé pour rester performant.

Tous ces investissements sont pris en compte et servent aussi à comprendre les tarifs d’un.e graphiste.

Les formations

Un.e graphiste soucieux de son expertise se forme continuellement pour continuer de proposer des services de qualité. Afin de continuer à faire perdurer son entreprise mais aussi afin de continuer de se former en graphisme, il faut beaucoup d’investissement.  Être graphiste indépendant, c’est avoir de nombreuses casquettes : conseiller, community manager, comptable, créateur de site web, créateur de site web, créateur de contenu, publicité… Ce temps de formation continu et perpétuel est pris en compte dans une grille tarifaire.

Les autres charges et cotisations

Comme tout professionnel, la ou le graphiste doit régler d’autres charges régulières :
• Les cotisations sociales (22% du chiffre d’affaires pour les graphistes micro-entrepreneur.es en prestations de service)
• Les impôts
• La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) qui s’applique même en micro-entreprise

Le tarif que tu payes à ta ou ton graphiste n’est pas ce qu’il recevra en poche, bien loin de là 🙂 Et pour comprendre les tarifs d’un.e graphiste, il faut aussi comprendre qu’iel a des impératifs financiers, tout comme toi, avec son activité.

Pour résumer…

Pour comprendre les tarifs d’un.e graphiste, de nombreux paramètres sont à prendre en compte :

Le travail préparatoire : tout le travail qu’effectue un.e graphiste pour préparer ton projet demande recherche, temps, réflexion et analyse. Sans cette étape, ton projet serait vide de sens et n’atteindrait donc pas les objectifs escomptés.
Le temps passé sur ton projet graphique : le temps est précieux pour tout le monde. Il en est de même pour un.e graphiste. Le temps passé sur ton projet influence grandement ses tarifs.
La valeur du travail d’un.e graphiste : outre la création graphique et le côté esthétique de ton projet, un.e graphiste t’apporte de la valeur pour ton projet et ton entreprise. Mais iel t’apporte également sa propre valeur, son expérience et son expertise ! C’est pour cela qu’il est très important de bien choisir sa ou son graphiste.
Les frais et investissements d’un.e graphiste : comme tout professionnel, ta ou ton graphiste doit investir dans de nombreux outils, mais également dans du matériel informatique. Iel a également d’autres frais obligatoires à régler.

J’espère que cet article t’aura été utile et t’aura permis de comprendre les tarifs d’un.e graphiste !

Tu aimerais échanger avec moi à propos de ton projet, de mes services d’identité visuelle ?

L’article t’a plu ? Épingle-le sur Pinterest !

Épingle Pinterest pour l'article de blog "Comprendre les tarifs d'un.e graphiste"

Jade

Je suis graphiste spécialiste en identité visuelle. Je travaille avec des entreprises et associations au service des Animaux, de la Nature et de l’Humain. Je propose également des formations en ligne pour les graphistes travaillant avec passion !

6 Commentaires

  1. Marion Perrin

    Superbe article !

    Tout est dit ! =) Merci au nom de tous les graphistes ! <3

    Réponse
    • Jade

      Merci pour ton adorable retour ! ♥

      Réponse
  2. Victoria

    Super article !
    C’est parfois tellement dur d’expliquer notre travail et d’argumenter nos tarifs…
    On entend bien trop souvent « c’est cher pour 3 clics sur un ordi quand même ! » 🤦‍♀️

    Merci à toi !

    Réponse
    • Jade

      Oh merci beaucoup pour ton retour !
      On est d’accord, cet article s’imposait hihi ! 😉

      Réponse
  3. David

    J ai pris plaisir a te lire. Tu defend tres bien les passionne(e)s.
    Un tres grand merci pour cet artcile.

    Réponse
    • Jade

      Merci beaucoup pour ce gentil retour! 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.